Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-03-12T09:30:20+01:00

L'ENV c'est difficile mais j'essaie, j'y travaille !

Publié par Maman Arrive

Ce billet je l'ai à l'état de brouillon depuis 6 mois (et écris en plusieurs fois), et puis je l'ai laissé tomber car je sais qu'il ne va pas plaire à tout le monde !

 

Mais il va heurter les 2 camps : les "mères parfaites" (poke Marion d'"On n'a pas 4 bras") qui arrivent à garder leur calme en toute circonstance et les mères qui sont "pour la fessée" ; et cela est bien car le monde n'est pas tout blanc ou tout noir, mais ça montre qu'il faut s'entraider pour trouver des solutions pour progresser vers un monde meilleur.

L'ENV c'est difficile mais j'essaie, j'y travaille !

Illustration d'Héloïse de It's a mum's life !

Ecrit le 25 septembre 2014

 

 

Jeudi dernier j'écrivais un billet au titre un peu provoc' : "Mon fils, ma fierté", dans lequel je disais mon ahurissement devant non pas vraiment l'incompétence (j'admire les travailleurs sociaux) mais le manque de moyen des pouvoirs publics en matière de protection de l'enfant.

Billet dans lequel je disais aussi que je comprenais très bien un "moment d'énervement" ou "d'égarement" parental car oui je dois le reconnaitre il m'est déjà arrivé de donner une petite fessée à mon fils (à un moment particulier : le change, parfois il se débat tellement que je n'arrive pas à faire autrement), mais pour moi bien entendu il ne s'agit pas d'un geste "éducatif" seulement que je suis démunie et que je ne trouve pas de solution pour stopper net (non le laisser pleurer et se calmer tout seul avec la couche défaite remplie de caca n'est pas une solution car il risquerait de tomber du plan à langer et ce faire vraiment très mal), certaines iront dire que c'est déjà de la violence même si je reste persuadée que mon fils n'a pas de ressentiment contre moi.

Si tu ne sais pas ce que veut dire ENV voilà : éducation non violente, c'est à dire sans tape ni fessée ni cris, juste de la parole.

Mais voilà loin d'être une mauvaise mère je ne suis pas non plus une mère parfaite, juste une mère "normale", pas un robot sans sentiment, qui essaie de faire au mieux comme elle le peut !

Et donc oui je préfère éviter au maximum et avoir plutôt recours aux punitions du style "tapis jaune" (on a cette expression à la maison car à la crèche il y a un petit tapis jaune sur lequel les enfants doivent aller quelques minutes lorsqu'ils ont fait une bêtise) ou l'envoyer dans sa chambre le temps qu'il se calme.

Et oui dans la rue je passe aussi peut-être parfois pour une mère laxiste car s'il s'énerve je vais essayer de "seulement" le contenir dans mes bras et lui parler, lui expliquer "que non cela n'est pas possible" !

Et oui aussi par facilité et pour éviter les conflits je cède si ce n'est pas quelque chose sur lequel je tiens : comme par exemple tenir la main dans la rue là c'est obligatoire à cause des voitures du coup je le porte un peu dans mes bras et s'il veut redescendre je lui tiens la main de manière assez ferme, voilà ma solution à ce problème (bon mon dos lui n'aime pas les 17.5kg de Petit Monsieur tout habillé).

Mais voilà je n'ai qu'un seul petit et encore jeune donc ça limite les problèmes.

Sauf que...parfois on reçois un de mes neveux.

Et là ça se corse, et j'ai du mal à rester zen en toutes situations !

La dernière fois ce fût celui de 5ans 1/2, un garçon curieux, assez gentil, mais qui n'écoute pas trop et voilà les problèmes qui commencent (et s'additionnent).

Celui qui me vient en premier à l'esprit c'est le moment du repas.

Là mon neveu c'est à peine s'il reste 5mn à table (et non je n'exagère pas), il s'en va (s'enfouit plutôt je devrais dire) dès l'entrée terminée, et me voilà qui le rappelle plusieurs fois, qui m'énerve, me lève pour le ramener, alors oui la solution des pro-env aurait été de l'envoyer dans la chambre (en abandonnant sur le repas ?!) mais là moi ça ne m'allait pas car dans ce cas Petit Monsieur aurait voulu le suivre alors que je tentais de le faire manger (déjà que lui non plus ne reste pas trop longtemps assis mais au moins il revient un peu vers nous à chaque plat), donc me voilà qui menace de fessée mon neveu qui lui n'en n'a rien à faire : il s'en fou ! Oui il s'en fou, il sait, le bougre, que je met très rarement ma menace à exécution (faut vraiment qu'il cherche pour que ça arrive, 2 fois en tout) et puis au pire ça le fait pleurer 2mn (bin oui je ne vais pas non plus le tabasser bien).

Donc pas de solutions qui me conviennent sans crier, et crier ne me convient pas non plus.

Donc oui je sais que l'env est un parcours difficile et je comprend ces familles qui craquent, mais dans les cas de mon précédent billet ce n'était pas de simple "craquage" mais de la violence répétée avec même de la torture, que ça non je ne peux tolérer.

Alors oui dans l'absolu je suis contre les fessées et les claques, je me souviens très bien d'une gifle que m'a donné mon père à 14 ans et la seule chose que ça m'a inspirée à ce moment là c'était de l'animosité envers lui, je comprends Kiarapapaillon lorsqu'elle dit que "la fessée m'a tueR", mais je ne me souviens pas du tout des petites fessées reçues petite, ni des petites claques sur les doigts que ma mère doit m'avoir donné et qu'elle a voulu donner sur Petit Monsieur lorsqu'il "dépouillait" la terre du yuca à une période et que je leur ai interdit (à elle de lui donner, et à lui de faire ça), mais voilà parfois on dérape mais on garde à l'esprit que l'on a un enfant en face de soi et que par conséquent on ne doit pas faire trop mal, bien qu'on fait toujours mal dire que cela ne fait pas mal serait mentir (se mentir ?).

Les lectures ne suffisent pas parfois (et même souvent) à donner des "recettes magiques" qui fonctionnent pour chaque cas particulier qu'est chaque enfant dans des situations de crises, voilà pourquoi je dis que l'env est difficile, garder son calme est difficile, ainsi est faite la nature humaine.

L'env c'est un travail sur soi, long, difficile, contre les moeurs qui sont ancrées dans nos esprits.

Donc oui je ne peux pas juger une mère qui crie, s'énerve, etc... contre son enfant par contre je n'admet pas qu'on se cache

Je ne peux que râler contre le manque de structure et d'aide de personnes professionnelles bienveillantes (voilà j'ai lâcher le mot magique ^^)

L'ENV c'est difficile mais j'essaie, j'y travaille !

Edit du 7 mars 2015

 

Depuis ses 6 mois les choses ont évoluées :

 

Petit Monsieur ne se débat plus lorsque je le change, ouf, plus besoin de râler ou de gestes "brusques" pour ne pas me recevoir de coups de pieds dans le ventre.

Petit Monsieur étant peureux il donne toujours la main dans la rue, même au contraire il me la réclame de lui-même, et ne se barre pas en courant, mais bon je ne me fais pas d'illusions : il n'a même pas 3 ans je sais qu'il finir un jour par tester les limites.

 

Je gagne en "lâcher-prise" (et je dois dormir plus pour faire des réserves de patience) je sais que la fessée ne sert à rien, ni sur Petit Monsieur qui écoute relativement souvent ou a peur si on crie fort, oui hélas je crie toujours, ça me décharge, mais plus des injonctions du style "stop" ou "ne touche pas", jamais au grand jamais des insultes : je m'interdis, envers lui comme envers mes neveux, de traiter d'idiot ou compagnie car c'est souvent la baisse d'estime de soi qui engendre des "enfants difficiles", ni sur mes neveux qui s'en foutent et recommencent donc pas la peine ça ne marche pas, j'ai changé de méthode : le chantage (bin oui j'ai pas encore trouvé de méthode miracle, les livres m'ont donné des pistes mais pas assez de recul pour que ça soit bien intégré) ! Ca me fatigue moins et ça marche mieux ! Et puis je les garde moins souvent toute seule ça aide !

Synthèse

 

Pour finir je vais concluer sur le com que j'ai laissé un peu partout sur les pages fb parlant de la fessée ces jours-ci :

 

Je ne suis pas vraiment pour un texte de loi, mais je demande qu'il ai un vrai accompagnement des parents, c'est ce qui fait cruellement défaut dans notre pays. Après je ne jette pas la première pierre il m'est arrivé aussi de mettre une tape car j'étais démunie mais l'argument "ça ne tue personne" me laisse pantoise, moi j'étais démunie j'ai essayé d'y réfléchir pour ne pas recommencer tandis que ce genre de discours "ça ne tue pas" me fait penser qu'on ne veut pas que ça change.

Il faut changer notre preception de l'éducation et je sais que cela ne se fait pas du jour au lendemain en claquant des doigts, il faut un long travail sur soi, pour "effacer" de notre mémoire collective certains réflexes, mais comme on a coutume de dire "Rome ne s'est pas faite en un jour" !

 

Et contrairement à ce qu'une nana prétendrait nos enfants ne nous appartiennent pas, on détient seulement l'autorité parentale !

Je met ici le texte de loi qu'on peut trouver sur le site Service-Public.fr

 

Contenu de l'autorité parentale

L'autorité parentale appartient au(x) parent(s) jusqu'à la majorité ou l'émancipation de l'enfant. Ils doivent le protéger, l'entretenir et assurer son éducation. Ils doivent agir dans l'intérêt de l'enfant et l'associer aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité.

Protection et entretien de l'enfant

Les parents doivent protéger l'enfant dans :

  • sa sécurité,

  • sa santé,

  • et sa moralité.

Ils doivent veiller aux besoins matériels et moraux de l'enfant (le nourrir, l'héberger, prendre des décisions médicales, surveiller ses relations et ses déplacements...).

Chacun des parents doit contribuer à l'entretien de l'enfant en fonction :

  • de ses ressources et de celles de l'autre parent,

  • et des besoins de l'enfant.

L'obligation d'entretien peut se poursuivre après la majorité de l'enfant.

Éducation de l'enfant

Les parents doivent assumer l'éducation intellectuelle, professionnelle, civique.... de leur enfant, afin de permettre son développement.

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog